En Haute-Vienne, L’écologie Politique Vit « Une Période Charnière

« Un bouleversement culturel. » Installé dans son bureau, le Vert Jean-Louis Pagès jette des regards bleus en l’air, comme s’il visait les sommets. Son jugement d’espoir porte sur la crise du Covid-19, qui dit-il, « participe à la prise de conscience de l’urgence écologique ». Mais si on y regarde bien, l’enchaînement d’un bon score aux Européennes en 2019 et de belles victoires aux municipales, pourrait tout aussi bien répondre à la définition d’un changement en profondeur au sein d’EELV. Les grandes victoires, qui rendraient possible la transition écologique ne sont plus uniquement un vœu pieu. « On arrive à une période charnière ». Marquée par trois scrutins, cette année politique doit permettre à EELV de renforcer un rôle central encore contesté à gauche. Mais entre les sénatoriales, les départementales et les régionales, tous les scrutins ne sont pas également favorables à l’écologie politique. « Traditionnellement, confie Jean-Louis Pagès, les Verts sont davantage intéressés par les intercommunalités, les régions et l’Europe.

Mais c’est en train de changer. Ainsi, pour l’élection à la chambre haute, fin septembre, EELV présentera un candidat sur chaque poste à pourvoir. « Ce n’est pas l’élection la plus favorable, mais on a choisi d’y être représenté », souligne-t-il. Le couple départementales-régionales pose d’autres questions. Après les 5 % de Françoise Coutant en 2015, le parti écologiste s’est désigné deux têtes de listes et présentera à nouveau une liste indépendante de celle portée par Alain Rousset. Des différences idéologiques profondes appuient ce choix, comme la défense d’une agriculture intensive ou au soutien appuyé à la filière aéronautique de la part de l’actuel président. « On essaie de rassembler toutes les forces écologiques, précise Jean-Louis Pagès. Pour gagner, il faut l’union. CAP 21, Génération écologie et AEI se sont rencontrés cet été pour esquisser la possibilité d’une candidature commune aux régionales.

Une première rencontre s’est déroulée en Haute-Vienne et l’autre à Brive, « avec un périmètre élargi », détaille Vincent Brousse, représentant régional de Cap 21. « L’idée qui nous anime, c’est de faire exister une ligne écologique indépendante aux élections régionales, qui ne soit ni alliée à la droite et au centre, ni à la gauche », ajoute l’adjoint limougeaud. « La condition pour gagner, c’est l’unité des écologistes, souligne Yoann Balestrat (Génération écologie). L’exemple de Poitiers montre que le rassemblement doit être ouvert à la société civile. C’est un processus à copier. Pour les Verts, qui n’ont pas participé à ces rendez-vous, la porte reste ouverte, notamment à Génération écologie. Pour Cap 21, c’est moins évident. « À Limoges, ils soutiennent un maire de droite et à Bordeaux, ils sont dans la nouvelle majorité, souligne Jean-Louis Pagès. Difficile de savoir où ils sont. Entre les différentes tendances, « il faudra être sur la même longueur d’onde », souligne Génération écologie.

« Avec ses bons scores, et c’est légitime, EELV pourrait avoir une tentation hégémonique », ajoute Vincent Brousse. « Depuis juillet 2019, nous avons un accord, souligne Yoann Balestrat. Il faut pousser cette dynamique, notamment en Limousin. » Cela vaut pour les départementales et les régionales. Et les sénatoriales?? « Il faut qu’on discute rapidement », conclut l’élu à Saint-Junien. En la matière, les municipales à Limoges offrent un parfait contre-exemple. « Mais il faut aussi un programme écologique et social, souligne-t-il. Ce sont les deux conditions. » Au niveau départemental, les tensions des dernières municipales n’empêchent pas EELV et le PS de se parler. Pour EELV, la superposition des deux élections locales est vue comme une opportunité. « Depuis la loi NOTRe, le Département joue un rôle de proximité. Donc notre position évolue. Jusqu’à présent, c’était aussi beaucoup une élection de notables, ce qui n’est pas notre tasse de thé. Mais avec les régionales en même temps, ça peut nous donner l’occasion de politiser cette élection. » Et de poursuivre « le bouleverserment culturel »?.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code